Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2012

Borgia, Borgias, etc… (2) Les décors et les grotesques

 

champs flammarion,borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,renaissance,morel,art,philippe morel(Lien vers la chronique précédente ici)

J'aime passionnément Rome. La ville, entendons-nous. Il serait un peu exagéré de dire que c'est une seconde maison, une seconde patrie, mais ma tante y officie depuis longtemps en tant que guide, et j'ai donc l'immense chance de pouvoir y retourner assez régulièrement.

J'ai donc toujours un œil sur les reconstitutions, de toutes époques qui peuvent en être faits. D'où ma joie de voir le traitement des décors de la série Borgia / Canal+.

Ce qui m'avait un peu froissé dans la série Showtime, (celle avec Jeremy Irons) était le côté, en apparence, un peu superficiel de tous les éléments secondaires  — je l'ai dit, les créateurs ont fait de la Renaissance… sans art, sans musique, sans beaucoup d'architecture bref… sans beaucoup de Renaissance !

J'ai bien davantage apprécié le travail réalisé sous la férule de Fontana. Je ne sais pas comment ils ont fait (je ne suis pas un avide butineur des bonus DVD), sur les lieux et en reconstitution, mais quand les scènes se déroulant dans le Château Saint-Ange, on y est vraiment ! La demeure fortifiée des papes, ancien Mausolée de l'empereur Hadrien reconverti, reliée par un pont et un passage direct depuis le Vatican, est reconstituée dans ses intérieurs avec précision et justesse.

En particulier, on retrouve les figures grotesques qui furent la marque de ces temps.

borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,Renaissance,Morel,art,Philippe MorelOn pourra trouver une histoire détaillée de cet art du Grotesque dans un ouvrage classique, chez Champs Flammarion (on ne dira jamais assez de bien de cette collection aux couvertures jaunes), écrit par Philippe Morel. Bon, une grosse somme assez indigeste pour être honnête, et qui étudie le sujet sous tous ses aspects. Et du coup, pour rentrer en format poche, c'est écrit tout, tout petit…

Pour résumer, les grotesques procèdent d'un faisceau d'origines variées :

— monstres et merveilles des marginalia, ces marges décorées de fantaisies et de difformités des manuscrits médiévaux.

— influence de l'égyptomanie, et des interprétations erronées des hiéroglyphes égyptiens.

— Et surtout, influence directe des décors antiques, fresques fragiles miraculeusement préservées ça et là, qui enfantèrent une école entière de décoration des palais des puissants en Italie à la fin de la Renaissance.

champs flammarion,borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,renaissance,morel,art,philippe morelEn premier lieu, la célébrissime Maison Dorée de Néron, ou Domus Aurea. Le Palais, construit sous Néron en 64, fut enterré par les ennemis de l'empereur, et redécouverte vers 1480 (soit une dizaine d'années avant le début du récit de nos deux séries Borgia). Un jeune berger étant tombé dans un trou, on redécouvrit à cette occasion une des merveilles cachées de l'Antiquité, et bien des artistes du quattrocento finissant ou du cinquecento plongèrent tour à tour dans les entrailles de la terre pour s'abreuver à cette source drecte, inespérée.

On pourra voir ici une vingtaine de photographies actuelles de l'intéreur de la Domus Aurea : comme on peut le voir, corrosion et humidité ont fait des ravages en 500 ans.

Alors, entrevoir les grotesques du château Saint-Ange dans la série de Canal+, c'était un petit bonheur tout personnel… sauf que, sauf que… lesdites fresques sont postérieures et datées des pontificats de Jules II, Clément VII, Paul III… donc, postérieures de près de cinquante ans, pour certaines, au règne du pape Borgia Alexandre VI.

champs flammarion,borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,renaissance,morel,art,philippe morel

(Le Château Saint-Ange à Rome, cliché N. Le Breton)

Ah, cruelle chronologie ! Infâme réalité historique ! Si Alexandre VI a bien bénéficié de la restauration du château par ses prédécesseurs Boniface IX et Nicolas V, restaurations qui lui ont permis en 1494 de survivre à l'invasion française, en revanche il n'a jamais vu les fresques qui l'ornent… pour l'excellente raison qu'elles n'existaient pas encore.

Ainsi, la version Showtime Borgias est finalement plus réaliste quand elle montre, par exemple une Basilique Saint-Pierre, au Vatican, à moitié en ruines et nécéssitant d'urgentes réparations. L'époque des Borgia est celle des balbutiements de la grande Renaissance…

champs flammarion,borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,renaissance,morel,art,philippe morel

(Une galerie intérieure du Château-Saint-Ange, photo de l'auteur, prise sans flash je précise)

champs flammarion,borgia critique série,borgia critique,borgias canal plus,borgias canal+,borgias critique,grotesques,renaissance,morel,art,philippe morelDernier éclairage historique. A la fin de la Saison I de Canal +, une scène autour de la folie destructrice de  Cesar Borgia… dans les couloirs souterrains de la Domus Aurea (ci-contre). Mais du coup, on n'y voit pas les fameuses fresques antiques à l'origine du phénomène "grotesque". Un comble : là où justement on pourrait faire un raccord juste, historique, on s'en dispense. Caramba, encore raté, comme disait le général Alcazar…

Oui, je sais, il n'y a que des petits malins comme votre serviteurs pour voir la différence, je sais…

 

 

Allez, c'est décidé, je relance une série de "c'est lundi, c'est gargouillis…" sur les grotesques renaissance. Rendez-vous dès lundi prochain…

 

 

26/02/2008

Le Nain, de Pär Lagerkvist

3c0fe6c21337b21f537175e5c3789586.jpgIl y a de cela quelques mois, alors que j'étais en pleine phase de documentation sur les monstres, je suis tombé sur ce roman. Bien m'a pris de le commander : quel choc. Quelle plume. Et surtout, vers quelles profondeurs (terribles) nous amène Lagerkvist dans les sentiments humains.

Ce roman a influé, je dois bien le dire, très fortement sur "le maître des gargouilles" que j'étais alors en train de concevoir. Et plus particulièrement sur l'un des personnages : le nain Anselmus aurait été, je crois, fort différent sans cette lecture marquante.

Voici un exemple de notule bibliographique où vous trouverez un résumé et le quatrième de couverture.