Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2015

Les soirées de l'Orateur Noir

Orateur Noir, conte,contes,récit,alchimie,cybèle,sorcellerie,magie,soirée,Lyon, alchimiste

Le 11 juillet, une nouveauté. Mon compère Nicolas Delestre et moi-même vous proposons une série de soirées estivales, dans un lieu à chaque fois différent et secret.

Cette année, cela consistera en deux soirées uniques :

— L'histoire de l'Alchimie le 11 juillet

— Mystères et sacrifices à Cybèle en août, à une date qui sera fixée prochainement.

C'est un démarrage... en attendant d'autres projets qui, tels les préparations de l'alchimiste, cohobent, fermentent, distillent…

Je me passionne pour l'ésotérisme depuis des années. Ces soirées sont donc un premier cri du corbeau, une première déclaration sous les auspices de Lug.

L'ésotérisme peut avoir mauvaise presse. Abscons, fantaisiste… Il ne s'agit pas ici de rajouter de la confusion, d'élever des parois nouvelles au labyrinthe mais de faire au contraire la clarté, par le recours à la discipline historique.

Je propose ici une vision qui en décevra certains, amateurs de nébuleux et d'effets faciles. Mais il est de mon intime conviction que, dans ce domaine comme dans l'autres, les faits historiques sont parfois plus passionnants que les délires érotomanes ou à visée commerciale de certains. Un pas donc, dans les méandres tortueux de l'esprit de la "bête humaine" et de ses pratiques parfois bien étranges…

Renseignements sur la page Facebook :

L'orateur noir

et sur la

page-évènement Facebook

 

Renseignements (à partir du 5 juillet) au 06 60 88 70 13.

Nombre de places limité à 30.

P.A.F. 6 euros10599555_920164944673022_6144503894132838772_n.jpg

10/01/2015

Soirée Anüchronisme le 16 Janvier au Musée Latarjet

anachronisme, steampunk, soirée,costume,barbier,dédicace,musée,testut, ltarjet,testut-latarjet,faculté,médecine,fac de médecine,

L'évènement sur Facebook

 

L'évènement sur le site de l'artiste plasticien Wiktor Plitz

 

Le dossier de presse

 

ArtZone Chronicles sera présent à l'événement pour en faire un reportage.

 

TEASER VIDÉO :

 

28/09/2014

Visite guidée, conférence au musée Testut-Latarjet le 24 octobre 2014

lyon,crime,quais du polar,affaire criminelle,musée,dégustation,absinthe,chocolat,criminel,criminels

Le Musée Testut-Latarjet est en danger de mort. Ce trésor inestimable de l'histoire de la médecine, de l'anatomie humaine, de la tératologie et de l'anthropologie criminelle est poussé hors des murs qui l'accueillent. 

Sans des sponsors et mécènes, sans un nouveau local surtout, ce joyau va voir sa collection dispersée, vendue aux États-Unis principalement. Avec d'autres professionnels et passionnés, je m'engage de toutes mes forces à sauver ce Musée unique, qui doit survivre ! Venez vous rendre compte par vous-même du gâchis immense que ce serait… tout à la fois pour la science, l'éducation et la culture populaire.

Une soirée est organisée le 24 octobre au Musée Testut-Latarjet.

Programmation officielle :

- 19h Dédicace d’un auteur de polar « surprise » (en partenariat avec quai du polar) ainsi que de Nicolas Le BRETON pour la sortie de son 1er polar steam punk chez les moutons électriques
- 20h dégustation d’absinthe par Le Chat Fou (qui pour l’occasion vous fera découvrir sa Memento Mori) et de chocolats artisanaux par le chocolatier FERRIER le tout accompagné par différentes courtes interventions par des spécialistes (tel madame Claire DESBOIS) sur certaines pièces du musée dévoilant ainsi ce qui se cache derrière l’apparence trompeuse de ces pièces
- 21h visite du musée guidée par le conservateur de celui-ci en personne
- 21h45 visite nocturne a la lampe torche sur le thème de « Lyon sur crime » guidée par Nicolas Le BRETON, cette visite inédite créée spécialement pour l’occasion permettra de découvrir certaines pièces du musée ayant trait au crime a Lyon a toutes les époques, cette visites se fera au son d’un musicien créant une ambiance sonore propice à vous donner des frissons. pensez à amener vos lampes torches.

PAF : 8€

 Le lien vers le site du Musée.

Et toujours celui de sa page Facebook.

Nous espérons vous voir nombreux !

15/09/2014

Une table ronde au musée Testut-Latarjet le vendredi 19 septembre 19H

Dumollard, conférence, assassin, bonne, journalier,conférence, crime,criminologie,anthropologie criminelleSous l'égide du Lyon Beefsteak club (LE club dédié au vampirisme à Lyon), et dans le cadre de leur Salon du Vampire, une table ronde est organisée autour de l’affaire Martin Dumollard, en compagnie de Nicolas Delestre (Lyon Beefsteak Club) et du Docteur Claire Desbois (Directeur du département d’anthropologie anatomique et de paléopathologie) — la "Bones" française.

Ne loupez pas non plus l'immense artiste Camille Renversade, auteur de nombreux livres de paléontologie… étrange, et d'expositions de monstres plus vrais que nature.

Cela se passe dans le cadre des Journées du Patrimoine, au Musée Testut-Latarjet, 8 rue Rockefeller 69008 Lyon (à l'intérieur de la Faculté de Médecine… suivez la queue qui grimpe un escalier…). PAF 1 € par personne.

Mes lecteurs assidus se souviendront de l'Affaire Dumollard, le tueur de bonnes. Cette table ronde de Claire Desbois fera toute la lumière sur la reconstitution du visage du tueur à partir de son crâne, faite par une spécialiste reconnue au niveau mondial dans ce domaine, tandis que plus modestement je rappellerai l'historique de cette affaire de meurtres en série.

Ne ratez pas cette conférence sur une affaire criminelle qui nourrit, encore de nos jours, le mythe vampirique, dans une visite du Musée Testut-Latarjet… dont j'aurai l'occasion de reparler dans les prochains mois. Si vous êtes sur Facebook, voici le lien direct vers la page officielle.ma 19.jpg

L'auteur signera ses livres sur place ;-)

09/01/2012

Un lundi, des gargouillis, trois gazouillis

Un ami, grand spécialiste par ailleurs de ces créatures aux canines surdimensionnées appelées vampires, m'a fait découvrir les incroyables chimères de la Chapelle de Bethléem, située à Saint Jean de Boiseau, à quelque distance de Nantes. La semaine dernière je vous avais fait découvrir comment une icône américaine pouvait se retrouver au beau milieu d'une église — ici ce sont d'autres bestioles tirées de l' "inconscient collectif" (parfois si bien nommé).

J'appelle :

Goldorak ! (l'idole des jeunes. Enfin… des jeunes qui comme moi ont déjà pris un petit coup de vieux !)

5494_109342852569_603147569_2122566_1672003_n.jpg

Gizmo et un gremlin !5774_114602842569_603147569_2190624_7471016_n.jpg

 

5494_109342862569_603147569_2122568_6579907_n-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Alien !

5494_109342872569_603147569_2122569_1420263_n.jpg

 

La fiche wikipédia fait le tour des chimères de cette chapelle mémorable (ce ne sont pas des gargouilles, elles ne recrachent pas l'eau des toitures et balcons).

C'est tout l'esprit de ces sculptures — gargouilles et chimères mêlées —, qui dès ses origines est une expression de culture populaire. La gargouille, comme je le dis souvent en visite, c'est de l'art contemporain !

Un grand merci à Adrien Party pour sa contribution.

31/01/2011

C'est lundi, c'est gargouillis (49)

IMG_1092.JPGEt hop, de retour, avec des petites figures étranges…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ours, un chat ? IMG_1094.JPG

 

Un être qui semble avoir directement inspiré le monde de Jim Henson ? IMG_1099.JPG

 

 

 

 

 

Le mystère est visible rue Paul Chenavard, dans l'entrée de l'ancienne chapelle romane du Palais Saint-Pierre…

 

IMG_1091.JPG

 

08/09/2010

La polémique de la gargouille

6a00e54eeea0078834013486ef2269970c-250wi.jpgAprès en avoir parlé dans ce blog en avril dernier (!), mise en place depuis plus d'un an déjà, voici que la gargouille représentant amicalement Ahmed est tombée dans l'œil du cyclone médiatique. Je vous livre les quelques extraits de journaux écrits et télévisés sur lesquels je suis tombé…

Voici un article de Libération Lyon. Et un autre de Orange actus.

 

J'ai aussi vu un reportage du journal de France24… bref, c'est le jeu habituel du "banc de poisson" médiatique. L'un "découvre" un sujet, tous les autres suivent, recopiant jusqu'aux termes et expressions des autres. Ahmed et Emmanuel Fourchet, que je croise souvent aux alentours du chantier, son devenus bien involontairement des célébrités!

Une chose est certaine : cette gargouille, c'est du "pain bénit" pour un guide, quand il faut soulever un minimum d'intérêt de la part de classes de collège ou de lycée où il y a de nombreux jeunes issus de l'immigration. Je peux vous dire que les yeux s'éclairent, et que les questions fusent…photo_1283780838553-1-0-215x144.jpg

Le sujet de TLM n'est pas mal conçu :


 

 

10/04/2010

Les Médaillons de Saint-Jean (1) : réunion, et recherches à Gadagne

PICT0034.JPGNous avons commencé vraiment hier un travail de fond d'identification et d'analyse des médaillons médiévaux de Saint-Jean. Nous ? Mes collègues Anne et Céline, accompagnés d'Isabelle, collaboratrice aux Moutons Electriques.

 

Ce travail passionnant promet d'être long, et ardu tant manquent les documents, les analyses. Oh, il existe bien des articles, mais c'est jeu de patience que de débrouiller entre les thèses partielles… et les thèses partiales. Sans compter le simple nombre de ces "articles visuels" de cette grande encyclopédie du XIVe siècle.

 

Au détour de mes recherches, en fait juste après la première réunion de travail à… La Gargouille, le café de la place Saint-Jean, je me suis rendu seul au Musée de Gadagne.

 

 

 

En plus de la (bonne) surprise des collections restaurées et placées dans un nouvel écrin — quoique plus de matière encore ne serait pas un mal, certaines salles semblant fort… vides. En plus donc de la bonne surprise, une moins réjouissante m'attendait : impossible d'accéder à la bibliothèque, au moins jusqu'à la fin de l'année 2010. Il s'avère que le Musée est en fait privé de conservateur (l'actuelle soldant ses congés avant son départ en retraite), mais aussi de… documentaliste.

Le Musée de Gadagne, notre écrin d'histoire, semble donc avoir été ouvert par la Mairie avec une hâte… compréhensible au bout de dix ans de travaux. Mais le moins que l'on puisse dire est qu'il tourne a minima en ce qui concerne la documentation. Cela n'arrange pas les affaires des chercheurs… et des écrivains.

01/05/2009

Prochaine visite guidée samedi prochain (demain ! pour les étourdis)

Dragon blog.jpgN'oubliez pas ! Prochaine visite guidée "Monstres cachés et gargouilles" le samedi 2 mai 15h.

Avec tout ça, aucune excuse pour ne pas venir voir les secrets de Lyon jumelle (fournie) au poing !!!

Réservez vos places dès maintenant !

Monstres cachés et gargouilles Horaires et tarifs

Rendez-vous Place Bellecour devant l'OT le samedi à 15 h (durée 2 h). Accessible aux enfants à partir de 12 ans. Tarif 9 € et 7 € du 15 octobre au 15 janvier, tarif réduit pour les étudiants 5 €.

Gratuit avec la carte Lyon City Card.

Les jumelles sont prêtées par l'Office du Tourisme.

 

Office de Tourisme de Lyon (Rhône)

Information/Réservation :

Individuels : 04 72 77 69 69

Groupes ou sur mesure : 04 72 77 72 33

 

Et n'oubliez pas les "saines lectures" recommandées avant (ou après) la visite :

Couv Corbeaux2.jpgle seigneur des corbeaux

et le maître des gargouilles !Couv Gargouilles face.jpg

15/03/2009

Une manifestation autour des gargouilles

Sans titre 1.jpgVoici un document envoyé par Mme F. Prost dans le cadre de sa maison d'édition sonore, un récital poétique (alléchant !) sur l'œuvre d'un poète, Pascal Andrault. Un poète aux thématiques... qui nous plaisent bien ici, sans surprise :

dossier récital poétique.pdf

Le même, en format word :

dossier récital poétique.doc

Un lien, enfin, vers un catalogue des images de Pascal Andrault :

 

Les gargouilles envahissent tout ! Quand cela s'arrêtera-t-il ?

01/06/2008

Le zodiaque imaginaire (3)

2080934316.gifBestiaire d’Alexis Nevil
Dans une autre vie, je m’appelais Alexis Nevil. J’aspirais à être écrivain de science-fiction, et avais pris un pseudonyme à consonnance (vaguement) anglo-saxonne. Restent une douzaine de nouvelles et deux petits romans que je ne renie pas tout à fait quand même. Pour les faire (re)vivre un peu, je présenterai donc ici le Bestiaire, publié dans les pages de la revue Faëries en douze épisodes. De ce Bestiaire, et ce sera le mot de la fin, je ne publierai que la description de la bête elle-même, et non le texte de l’épisode-nouvelle qui y était joint. Il est de mon intention en effet de réutiliser en partie, un jour, ces 12 épisodes d’aventure et de poursuite… dans un autre contexte.

Rendez-vous le mois prochain (une nouvelle bête sera mise en ligne chaque 1er du mois...)


 

 

 

1297827618.2.jpg
  
Troisième signe : le Chèvrepied

1573150314.jpgIllustration : le chèvrepied…
sépulture de Ohr le Drôle : la tête-pistil en fut sculptée par
Kia-Ra “feu des forges”, Alchimiste de la Cité de Métal ©Alexis Nevil 2001

yagiatama-no-kusa — ou han-men-shokk pour les langues J’Ninn. Littéralement “herbe (à tête de) chèvre”, ou “plante de presque-visage”.
Sah-tu-ros - dans la Langue Gnomique des Légendes, ou Dialecte de Karragze (signification littérale inconnue).

Il n’est nul besoin de dire combien est sacré le Chèvrepied, pour nous autres J’Ninn.
Les fleurs des Chèvrepieds, avec leurs trois langues cristallines - l’une glissant vers le bas, les deux autres arpentant vers le haut-leur donnent une ressemblance frappante avec les têtes de caprin. L’étrange touffe de poils qui leur pousse au menton, leurs paires d’oreilles pointues sont parfaitement imités.
Or, selon les dits et légendes les plus anciens, la chèvre est la seule à survivre, de toutes les espèces apportées par les Ascendants dans leur arche. Cela veut-il dire que le Chèvrepied lui aussi est une de Leurs créatures ? Son caractère sacré, dans nos usages, inciterait à penser que oui.
Il est une autre piste de réflexion intéressante. Les marchands de la Ville Itinérante usent beaucoup de ces animaux appelés Boucs Bâtards ; bien sûr, c’est un mystère en lui-même que cette race hybride, à mi-chemin exact entre le J’Ninn et la chèvre. Mais il existe à leur sujet une légende intéressante, que j’ai entendue parmi Ceux-des-Pierriers, dans les Collines Noires : certains des Boucs Bâtards qu’enfanta la Matrice des Ascendants n’auraient pas supporté leur sort, l’horreur de n’être que des enfants laids, et dépourvus d’intelligence. Ils auraient, ainsi, préféré vivre en plantes plutôt qu’en animaux, se muer en yagiatama no kusa.
Le Chèvrepied préserve les morts du néfaste appétit des vers, des nezori et autres nécrophages. Elle les protège de l’affront de l’Animalité : alors que le corps passe par les neuf stades de la mort, elle l’empoisonne tout en s’en nourrissant. Nulle créature, sauf une autre de ses congénères, ne peut se repaître après elle.
Sur son usage dans nos rituels mortuaires, point n’est besoin de s’étendre : nous avons tous pu assister au cérémonial de la Mise en Faille (car telle est la loi du monde, qu’il ne puisse y avoir de vie sans affliction).
Les Conjonctions Lunaires de Kodenn placées sous l’augure du Chèvrepied sont réputées être des moments où sont testés — et récompensés — la persévérance, l’obstination, la volonté de survie. Et les dangers propres à ces périodes sont nommés : pessimisme, caprice et pusillanimité. On retrouve là les caractères bien connus de la chèvre et du bouc bâtard. Il est certains calendriers qui font d’ailleurs de yagi (“la chèvre”) le troisième signe du zodiaque des Ascendants, en lieu et place du Chèvrepied.

“Tératologie des bêtes et phénomènes des contrées centrales”
par Hon-Dhui Deux-Pics, capitaine de la compagnie Pourpre.
Extrait de la Grande Encyclopédie du Devin.

 

29/05/2008

Battu à plates coutures

1664813282.jpgVoilà, un petit tour sur la toile, et je m'aperçois vite que la concurrence est rude. Voici le lien vers un blog de monstres imaginaires créés par des enfants.

Plus délirant, le blog des monstres débiles. Toute participation semble appréciée.  Mais c'est une honte, vraiment, une honte. Les monstres sont choses sérieuses, qui ne soufrent pas l'ironie, enfin ! ;-)

01/05/2008

Le zodiaque imaginaire (2)

2080934316.gifBestiaire d’Alexis Nevil


Dans une autre vie, je m’appelais Alexis Nevil. Laissez-moi vous expliquer. J’aspirais à être écrivain de science-fiction, et avais pris un pseudonyme à consonnance (vaguement) anglo-saxonne. Restent une douzaine de nouvelles et deux petits romans que je ne renie pas tout à fait quand même. Pour les faire (re)vivre un peu, je présenterai donc ici le Bestiaire, publié dans les pages de la revue Faëries en douze épisodes. De ce Bestiaire, et ce sera le mot de la fin, je ne publierai que la description de la bête elle-même, et non le texte de l’épisode-nouvelle qui y était joint. Il est de mon intention en effet de réutiliser en partie, un jour, ces 12 épisodes d’aventure et de poursuite… dans un autre contexte.

Rendez-vous le mois prochain (une nouvelle bête sera mise en ligne chaque 1er du mois...)

1297827618.jpg

Second signe : le Scolopendre-lierre



72116823.jpgIllustration : le scolopendre-lierre…©Alexis Nevil 2001

mukade-kizuta— pour les langues centauriennes (littéralement : lierre aux cent pattes).
ghrroOnn-k°kKl’gu — en Gnomique des Siphons Profonds, ou dialecte des Collines de glace (littéralement : râcle-pierre)
ShrrOon-kshkl’gus’k — en Dialecte Gnomique Oriental, dit des “Grottes des Monts Pourris” (même signification que dans les Siphons).


Moi, Iizahn, dit le Marcheur, prends ici le stylet en lieu et place de mon regretté ami et confrère. Dans la mesure de mes modestes connaissances, je tâcherai de compléter son étude de la faune de notre Monde.
Nous rencontrâmes la bête appelée kizuta-mukade lors des évènements qui entourèrent, précisément, la tragique issue. Sur les circonstances de cette aventure, je ne m’étendrai pas, car cette Encyclopédie n’est pas destinée à narrer les vies de ses rédacteurs1. Mais que l’on sache que le scolopendre-lierre, dont l’existence était jusque-là sujet de légende et de racontars, existe bel et bien.
Il sert de monture à certaine communauté isolée des contreforts du massif septentrional, proche des sources du Fleuve Daisen… une bien rétive et désobéissante monture, s’il en est, mais qui grimpe les pentes avec une célérité et une vigueur peu communes. La monte de la créature est affaire de spécialiste : on doit choisir deux anneaux pour y poser ses pieds, s’amarrer solidement, jouer des jambes et du corps pour se maintenir droit. On serait surpris par la puissante ascension que cela permet : même un J’Ninn harnaché de tous ses sacs de voyage se retrouve soulevé, emporté comme serpent-flèche dans le ventre de la tempête.
Le nombre d’anneaux de ces animaux augmente avec l’âge. Ils disposent de deux de ces concrétions de corne dure à la naissance, et à chaque retour du Grand Jour, ils en forment un supplémentaire. À tout nouvel anneau correspond l’émergence d’un autre de ces pieds alternés, étrangeté de la nature composée de trois griffes qui s’orientent tantôt du côté dextre, tantôt du senestre.
Les zodiaques divinatoires placent l’animal dans le septième signe, en font le symbole de l’habileté, du calcul prémédité. Il est considéré, par ceux qui vivent de commerce, comme augure particulièrement favorable. Les Conjonctions Lunaires de Kodenn qui lui correspondent sont considérées par les astrologues comme des temps où dominent l’échange, la multitude, où les risques encourus s’appellent : ambiguïté, confusion. Certains l’interprètent comme revirement brutal de fortune, qu’il soit positif ou néfaste.

“Tératologie des bêtes et phénomènes des contrées centrales”
par Hon-Dhui Deux-Pics, capitaine de la compagnie Pourpre.
Extrait de la Grande Encyclopédie du Devin.

21/04/2008

Le premier mai...

RENDEZ-VOUS LE PREMIER MAI PROCHAIN, POUR LE SECOND SIGNE DU ZODIAQUE IMAGINAIRE !

01/04/2008

Le zodiaque imaginaire (1)

2080934316.gifBestiaire d’Alexis Nevil
Dans une autre vie, je m’appelais Alexis Nevil. J’aspirais à être écrivain de science-fiction, et avais pris un pseudonyme à consonnance (vaguement) anglo-saxonne. Restent une douzaine de nouvelles et deux petits romans que je ne renie pas tout à fait quand même. Pour les faire (re)vivre un peu, je présenterai donc ici le Bestiaire, publié dans les pages de la revue Faëries en douze épisodes. De ce Bestiaire, et ce sera le mot de la fin, je ne publierai que la description de la bête elle-même, et non le texte de l’épisode-nouvelle qui y était joint. Il est de mon intention en effet de réutiliser en partie, un jour, ces 12 épisodes d’aventure et de poursuite… dans un autre contexte.

Rendez-vous le mois prochain (une nouvelle bête sera mise en ligne chaque 1er du mois...)

 

 

 

1297827618.jpg
 
Premier Signe : le Serpent-flèche
 

1174113389.jpgya-guchinawa ou Sh’Jah pour les langues J’Ninn (littéralement : “flèche-serpent”).
kah-shran “flèche de l’Inatteignable Voûte” dans la langue gnomique (dialecte dit des Trous et Terriers).

Illustration : le serpent-Flèche Sh’Jah…©Alexis Nevil 2001 

Le serpent-flèche Sh’Jah vit dans les escarpements. Il se fie à sa vue aiguisée pour repérer les proies en contrebas, avec patience et discernement. Les Sh’Jah, toujours groupés par vingtaine, se lancent dans les ascendantes, planent et se dirigent grâce à leurs larges évents poitrinaires, pour fondre bec en avant sur leurs proies impuissantes. Seul un fort bouclier d’épais acier permet de se garantir de leur mortel estoc. C’est l’ossature si particulière de ces animaux qui leur permet une si imparable prédation : en position d’attaque, ils emboîtent leur colonne spinale, élément par élément, jusqu’à former une lance ininterrompue, à la fois rigide et souple.
Une fois plantés solidement dans les chairs de leur infortunée victime, ils reprennent leur flaccidité naturelle, la pénétrent et la dévorent de l’intérieur. De toutes les balivernes qui se disent au sujet du Sh’Jah, la plus courante rapporte qu’ils déposeraient leurs larves dans les entrailles de leurs proies. Rien n’est plus faux. Le Sh’Jah enfante dans les anfractuosités de roche, et tisse un cocon pour protéger sa progéniture des assauts du froid. Je l’ai vu d’innombrable fois, moi Hon-Dhui de la Compagnie Pourpre, de mes propres yeux. Et je ne suis certes pas le seul.
Cela le montre amplement, cependant : le Sh’Jah est, de toutes les créatures du monde, une des plus haïes. Mais il est le symbole de la force qui sait attendre son heure, de l’admirable et froide intelligence qui sait quand agir, et quand rester passif face au forces adverses.
Aussi, les Conjonctions Lunaires de Kodenn placées sous l’augure du Sh’Jah sont généralement des temps de crise – mais que l’on se rappelle bien l’étymologie même de notre mot de crise – et des deux caractères qui le composent : Danger, et Opportunité. La crise est le temps de la chance, tout autant que du risque, pour le J’Ninn décidé et courageux.

“Tératologie des bêtes et phénomènes des contrées centrales”
par Hon-Dhui Deux-Pics, Extrait de la Grande Encyclopédie du Devin.

RENDEZ-VOUS LE PREMIER MAI PROCHAIN, POUR LE SECOND SIGNE DU ZODIAQUE IMAGINAIRE ! 

19/02/2008

Térato... quoi ???

Tératogenèse...

6819f57f2b52bd8b8a834776463c103b.gifOu l'art de crééer les monstres. J'aurais pu intituler cela : tératologie, la science des monstres, évidemment. Parce que le premier objet de ce blog va être l'exploration des monstres de la tradition.

 Vous trouverez d'ailleurs, dans le lien suivant, un bestiaire sommaire en anglais qui est une bonne base de référence. Si vous voulez en savoir davantage, il faudra suivre la visite bien sûr ! ;-)

Mais je compléterai aussi, au fur et à mesure, avec quelques créations personnelles, textes et images. Et si bien sûr quelque lecteur du blog se sent une âme de créateur de monstre... Tératogenèse, donc. Au sens strict, cette "création de monstres" est appliquée en biologie :

l'Agent Orange, produit défoliant utilisé par les G.I. durant la guerre du Vietnam, est dit tératogène, c'est-à-dire qu'il induit malformations et naissances anormales chez les nourrrissons des mères touchées....

Hors de question de donner ici dans ce genre de voyeurisme. Les amateurs de fœtus en bocal et autres images- choc devront aller se faire cuire... un œuf !