Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2016

Balthazar, au hasard

48_mondes_aleph.jpgCe matin j'ai fait une chose importante. J'ai pris un de ces vieux Livres Dont Vous Êtes Le Héros, et j'ai ressorti les dés. Je suis passé à travers le livre, en luttant contre la tentation de regarder les conséquences des décisions que je n'avais pas prises (les autres paragraphes dans l'arborescence du livre). J'ai laissé le hasard décider de l'issue des combats, ou des alternatives qui m'étaient proposées. Ce n'est pas seulement la nostalgie, ces souvenirs enfouis du geste de lancer les dés en solitaire, que cela a réveillé. C'est tout une sorte de symbole, dans cette année en cours, si lourde de décisions que je n'ai pas envie de prendre, d'alternatives empoisonnées et autres choses sur lesquelles je n'ai pas de contrôle. Il y a quelque chose d'étrangement libérateur dans le lancer de dés. Et dans un livre où l'on peut choisir sa route, la sachant pourtant "inéluctable". Drôle de sensation.

Les commentaires sont fermés.