Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2014

La carte et le territoire

IMG_1247.jpgMon éditeur n'a pas les moyens de m'envoyer en repérage dans l'Himalaya. C'est ainsi, même si je le déplore (et de ne pas être rentier moi-même, par ailleurs).

Mais le désir d'écrire est là, et mes personnages m'en voudraient de les abandonner alors que nous sommes en si bon chemin, eux et moi.

Me voici donc armé de mes lectures, livres sous le coude, références et internet au secours de la moindre question pratique. Et puis que diable, Chablaisien d'origine que je suis, j'ai bien quelque idée de ce qu'est une montagne ! N'oublions pas non plus que je fais de fréquents voyages en Chine, et que le Yunnan que je visitai il y a trois ans, pour n'être pas le Tibet, donne matière amplement à imaginer les zones de montagnes au-delà. Ah, ces immenses falaises, nanifiant toute l'Humanité !

Hors même la documentation, j'ai besoin de tracer, un besoin presque physique, l'itinéraire qui jalonne les péripéties du roman en écriture. Armé de stylos de couleur, je commandais donc des cartes du Népal et du Tibet, et des plus rapprochées de l'Annapurna et du Dhaulagiri, que je me fis un plaisir de massacrer de mes lignes et de mes ratures et de mes nœuds d'intrigue. Cliquez sur l'image de droite pour un agrandissement. Quoi ? ce n'est pas lisible ? Oh, que je suis cruel, vous n'en saurez donc guère plus !!IMG_1251.jpg

 

 

 

Il y a quelque chose de magique à tracer un itinéraire dans un monde si éloigné, de faire parcourir les vallées à mes aérostats imaginaires et, dans le même temps, laisser ces montagnes influer sur le rythme de mon récit. Parce que, pour éloigné que l'on soit du sujet, une simple carte et un peu d'imagination suffisent à former, plus qu'un simple cadre, un véritable terrain avec ses pentes douces et ses difficultés sur lequel, pas à pas, le récit peut prendre corps, et vie.

IMG_1246.jpg

 

 

 

 

Allez, je reprends mes amis adossés au terrible Dhaulagiri bien contre leur volonté ! À bientôt…

Les commentaires sont fermés.