Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2011

m moins 2

896359510.jpgNous sommes en train de boucler la maquette du "Prince des Ours" avec mon éditeur. Le roman, écrit il y a presque un an, je ne l'avais pas relu pour tout dire (l'année fut intense). Oserais-je dire qu'il est le meilleur des trois, de cette trilogie bientôt complétée ? Ce serait immodeste sans doute, et chacun sait que par définition, pour un écrivain, le meilleur roman est toujours le dernier écrit.

Mais je ne peux me départir du sentiment que, sur ce texte, avec l'expérience accumulée sur les deux précédents opus, l'équilibre entre l'histoire et l'Histoire, entre les personnages et leur contexte a été le plus harmonieux. Quoi qu'il en soit il me semble le plus satisfaisant à moi, l'auteur : allez, va pour cette formulation. Evidemment, le jugement reviendra aux lecteurs et critiques. Mais je vous préviens, hein. C'est vraiment le meilleur des trois !

Autrement dit, je suis fébrile d'impatience à l'idée de voir "Le Prince des Ours" sur les étalages des par-définition-bonnes-librairies !

Vous l'aurez compris, ce blog reprend du service. Outre le troisième opus, d'autres nouveautés sont en gestations au niveau visites guidées ! Revenez dans les semaines qui suivent.

Quatrième de couverture

Printemps 1320 — Les Lyonnais prètent le serment qui fera d’eux des sujets du Roi de France.
Le noble Guillaume de Grôlée est retrouvé, gisant dans le sang de son rival, le montreur d’ours Arthur. Tandis que ses ennemis se pressent pour jouir de la chute imminente de l’ancien héros, personne, pas même lui, ne semble vouloir prendre sa défense.
Seuls Jacelme de Grôlée et Péronin Chevrier, jeunes étudiants rebelles, se décident à lutter contre l’évidence apparente, et l’engrenage implacable des haines dissimulées. Mais ne risquent-ils pas, tous deux, de décourvrir bien des serpents lovés sous les vieilles pierres ? L’identité cachée de l’architecte de l’église Saint-Nizier, le destin de la sulfureuse sorcière Sarah, le secret honteux des Grôlée, une voix familière dans les souterrains, et une vieille secte dont la seule mention fait courber les Lyonnais de honte — tels sont les ingrédients de ce nouveau mystère historique au cœur de la Presqu’île.
La trilogie de Geste de Lyon trouve ici sa conclusion. Nicolas Le Breton, guide à l’Office de Tourisme, continue son exploration des voies sombres et méconnues de sa ville, dans ce polar historique au plus proche des réalités de cette époque charnière.

 

Commentaires

Tu n'as pas relu ton récit ? Mais tu es dingue ! Il faut à tout prix relire son histoire avant de l'envoyer à l'éditeur. Mais Ruaud est un bon éditeur et saura - probablement - te faire des remarques constructives.

Écrit par : Jean-Marc B | 21/01/2011

Je l'avais relu bien entendu, avant de l'envoyer. Quand même. Mon expression fut un peu rapide : je ne l'avais pas relu depuis un an, serait la bonne phrase !

Écrit par : Nicolas Le Breton | 21/01/2011

Yesss ! Bravo Nicolas ! :D
Un prochain à mettre dans ma liste... !

Écrit par : Lily | 21/01/2011

Les commentaires sont fermés.