Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2010

Démons et merveilles, Howard P. Lovecraft

 

51E3XNFQQPL._SL500_AA300_.jpgUn livre peut-il être à la fois irritant et génial ; transcendant, et ridicule d'un paragraphe au suivant? Je viens de relire un ouvrage qui mériterait bien ces qualificatifs.

Une amie ayant parlé au détour d'un facebook, de Lovecraft, ma main est comme par hasard tombée sur le seul exemplaire de livre du bonhomme qu'il me reste  : "Démons & Merveilles".

Je me suis donc piqué de relire un livre qui m'avait marqué dans ma pré-adolescence— et ai donc (re)plongé dans l'univers de "Démons et Merveilles".

 

La traduction est, signalons-le tout de suite, une pure horreur. On pourrait dire que la forme s'accorde donc avec le fond, mais enfin… "so long" ("adieu"), traduit par… "si long" ??? Et à maints endroits, on voit qu'aucune relecture n'a été faite. Chez 10/18, ils n'ont pas même cité le traducteur… enfin quand on sait que l'ouvrage était dirigé sous l'"auguste" Christian Bourgois, le même qui réédite encore et encore le "Seigneur des Anneaux" sans jamais faire retravailler la traduction pauvrette et si peu enthousiasmante… Attention, la couverture présentée n'est pas celle de l'ancienne édition que j'ai en ma possession, qui remonte à 1988 donc. Peut-être suis-je mauvaise langue, et 10/18 a-t-il fait une retraduction ?… mais est-on en droit de rêver, n'est-ce pas ?  ;-)

 

Le fond maintenant  : ah, retrouver les élans oniriques, l'imaginaire de son adolescence… si seulement Lovecraft ne s'était pas entiché de petits fantasmes personnels (les chats de la face cachée de la Lune (sic.)), voire de détails ridicules (les zèbres de monte, etc…)  ; si seulement il avait gardé un peu de cohérence (il me semble que l'une des espèces, décrites à un moment donné, soit hostiles, puis soudain devienne la meilleure alliée du protagoniste…

 

Malgré tous ces défauts, s'accrocher au livre s'avère, finalement, payant car la fin est une "merveille" justement de nostalgie et de poésie, qui parviennent à transparaître malgré tous les défauts nommés ci-avant, c'est dire !

 

Ah et puis, en revanche, les "innommable", les "indescriptible", les "sans nom" (comme dans "terreur sans nom), etc… dont Lovecraft confit littéralement son récit ont très, très mal vieilli. D'aucuns diraient que c'est de la flemme littéraire, d'autres, un "effet" non moins littéraire… enfin, oui, un effet. Mais comme tous les effets, le mieux est-il de point trop en abuser ?

 

Il me souvient encore d'un commentaire de ma professeur de français de 5e, alors que je lui avais remis un compte-rendu de lecture sur ce livre (je serais curieux de le retrouver, d'ailleurs, ce devoir)  : "c'est bien, bonne analyse, mais vous devriez vous intéresser aussi à d'autres formes de littérature…"

Oui, mon ancien professeur peut se rassurer, j'ai tourné la page. Mais quelle sensation vertigineuse, que celle de retrouver (un peu) les émotions, comme des parfums épais, qui nous ont été le matelas de nos rêves…

 

 

21:40 Publié dans Pages lues | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Oh oui ! Les "innommable", les "indescriptible", les "sans nom", c'est tout ce que j'ai retenu de mes tentatives de Lovecraft... avec les créatures qui ne peuvent entrer que par les coins d'une pièce. Comme j'avais lu précédemment Edgar Poe, celui-là ne faisait pas le poids. Je crois qu'il a fallu que je lise "Shambleau" pour retrouver cette exaspération du grand "rien" :-)

Écrit par : Baronne Samedi | 06/08/2010

Dans l'édition des œuvres complètes de Robert Laffont, c'est un certain Bernard Noël qui est crédité pour une version publiée aux "éditions des deux rives" (jamais entendu parler). Je ne crois pas que Bourgois soit responsable de ce carnage là (par contre, pour le Seigneur des Anneaux...), même si une petite révision aurait été bienvenue pour la trad. Il existe aussi une version parue chez J'ai Lu qui doit proposer une autre traduction. Les textes sont rassemblés sous le nom "La quête onirique de Kadath l'inconnue", ou "A la recherche de Kadath" selon les années de réédition. J'avais le souvenir d'un texte assez correct, mais c'était il y a déjà longtemps. Ce qui me permet d'autant mieux de comprendre le côté "madeleine" que tu trouves dans ce texte.

Écrit par : Julien D. | 06/08/2010

extraordinaire , Démons et Merveilles , à la recherche de Kaddath , Yog Sothot deux noms que j'avais donné à deux de mes chats , un livre à lire et relire , poétique , merveilleux

Écrit par : philomene | 08/02/2011

Les commentaires sont fermés.