Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2009

Saturation

Un long silence, oui je sais.

Funi.jpgCette année, ma saison touristique de guide est particulièrement intense. Beaucoup de scolaires, de visiteurs… je ne m'en plains pas. Même si la fatigue est réelle, et chronique (un jour de pause toutes les deux-trois semaines, oui, oui, w-e compris).

Mais là où je me plains, c'est quand les TCL (transports en commun lyonnais) font une "révision décénnale" du funiculaire de Fourvière). Quel est l'abruti, aux TCL, — et je pèse mes mots — qui a trouvé la bonne idée de faire effectuer cette révision décénale (donc prévisible) EN PLEINE SAISON TOURISTIQUE (et en pleine période de baccalauréat de surcroit) ?

La quasi-totalité de mes nombreux groupes sont en retard au rendez-vous, donc leurs visites son écourtées d'autant. Les guides sont forcés de monter à pied six ou sept fois par semaine… et ne me parlez pas des bus-relais ! qui a le temps de prendre une navette à Saint-Just, qui ne passe même pas à Minimes en plus ? Pas moi en tous cas. Je n'ai pas 3/4 d'h à gaspiller systématiquement entre mes visites !

Ca, et les grèves "de une heure" qui en durent trois… et les débraiements à chaque grand évènement (8 décembre... ah, sauf l'an dernier oui, miraculeusement)… non, vraiment, l'accueil des visiteurs à Lyon n'est pas le fort des TCL (transports en CHIENLIT lyonnaise).

On a beau faire de l'humour avec nos clients, parler en souriant de "tradition française de la grève" et autres… y'a des années ou en a marre d'être pris en otage, et de subir cette absence complète de préoccupation pour les usagers.

 

J'ai dit (et ça soulage) !

(source photo : wikipédia)

 

P.S. : en plus, la révision du funiculaire a été encore repoussée à la fin de ce mois. Elle devait s'achever… avant-hier ! après plus d'un mois. Ils le révisent, ou il le reconstruisent, leur funiculaire ?

Les commentaires sont fermés.